anamorphoses par Fanette Guilloud

Fanette Guilloud

Fanette Guilloud, photographe, peint sur des murs abandonnés depuis longtemps des anamorphoses. Utilisant les bombes de peinture, Fanette créée des objets en deux dimensions qui, à travers son objectif, se transforment en des objets tridimensionnels. Une belle démarche artistique pour redonner un peu de vie à ses lieux délaissés.

 

 Interview de Fanette Guilloud
Par Vibration Clandestine

 

anamorphoses par Fanette Guilloud
GDI©fanetteg

Présente-toi aux lecteurs de Vibration Clandestine.
Je suis une jeune photographe et artiste de 22 ans. Née en France, je vis aujourd’hui entre Berlin et Paris. Diplômée en 2013 de l’école de photographie de Toulouse, j’évolue en associant la photographie à un travail plasticien d’installation par le principe de l’anamorphose, que j’exploite de différentes façons.

 

Comment te sont venues l’idée et l’envie de faire des anamorphoses ?
J’ai commencé en parallèle de mes études, je faisais alors partie d’un collectif artistique présent dans plusieurs domaines. J’ai découvert les travaux de Georges Rousse en étudiant l’histoire de l’art et j’ai été fascinée. J’ai choisi d’associer cette pratique à ma passion pour la géométrie et le minimaliste pour mon dossier de fin de licence en intervenant dans des lieux abandonnés.

 

J’ai découvert les travaux de Georges Rousse
en étudiant l’histoire de l’art et j’ai été fascinée !

anamorphoses par Fanette Guilloud
GDI©fanetteg

 

 

Pourquoi avoir fait le choix de lieux abandonnés pour réaliser ta série Géométrie de l’impossible ?
J’ai toujours été fascinée par les lieux abandonnés et l’ambiance qui y règne. Le temps passé à les explorer m’a donné envie de m’approprier ces espaces chargés de souvenirs, une manière de les faire revenir à la vie en laissant ma trace de façon poétique.

 

Quels sont tes futurs projets ?
Depuis la publication de ma série « Géométrie de l’Impossible » en 2013 ; j’ai réalisé des installations pour différents événements (expositions, installations temporaires et permanentes…). Je travaille actuellement sur une nouvelle série dans la continuité de « Géométrie de l’Impossible », et j’ai de belles commandes d’installations permanentes en préparation.

 

Partager :