ChristopheRigaudAndTheHighReeds-SoundsOfLife-visuel

Sounds of Life

Porté par ses racines afro-caribéennes, le groupe Christophe Rigaud & The High Reeds parvient à insuffler son énergie rock dans le reggae hexagonal.

2014 : Retour aux sources du reggae. C’est entre la chaleur des ruelles  de Trenchtown et le mysticisme des collines de Nine Miles, que Christophe Rigaud mûri le fruit que l’on découvre aujourd’hui, premier album du groupe après l’EP See the river (nominé aux Victoires du Reggae 2013).

Sounds of life, single éponyme de l’album, a été composé par Christophe Rigaud & The High Reeds dès le retour du leader de son périple en Jamaïque. Les quatre musiciens y célèbrent la vie et le partage propulsant la musique, le chant et la danse, au-delà des barrières sociales, culturelles ou religieuses.

"L'album est tout simplement monstrueux" - LaGrosseRadio.com

C’est précisément cette tonalité, à savoir le refus d’oublier les choses essentielles de la vie, qui se veut être le fil conducteur de l’opus, dans le style musical propre au groupe, le « blue reggae«  : roots reggae, soul & blues.

Les conflits  militaires (How many lives, All day), religieux (Behind the wall) ou encore idéologiques (Jailers of Mandela) y sont également dépeints avec une plume à la fois dénonciatrice et poétique, où les métaphores s’élèvent au-dessus du groove.

Yao Kan, chanteur d’origine ivoirienne et bassiste du groupe, Mister Djo, batteur du groupe et leader de la formation Pawolka, ainsi que Joe Pilgrim, chanteur de Dub Addict, viennent apporter de la diversité vocale sur trois titres (Bé koû mi, Mouvman la vi, Forward).

L’album a été enregistré au studio Innacity et pour « masteriser » le tout, c’est Samuel Clayton (Steel Pulse) qui est venu parfaire la teinte de Sounds of life,  quelques mois après avoir auditionné puis enregistré Christophe Rigaud dans le légendaire studio Harry J à Kingston.

L’artiste-peintre argentine Sil Cunningham est ensuite venue donner le dernier trait, à la finesse de son pinceau,  en signant la couverture de l’album.

L’aventure est en marche, car si « Les Hauts Roseaux » – traduction de The High Reeds – savent résister à tous les vents, ils ne connaissent pas non plus de frontières.

 www.christopherigaudandthehighreeds.com

Rédigé par : JR

Partager :